- Couleur Opaline -

-     Couleur Opaline    -

Ténèbres ( reprise du texte en duo avec Muscaris)

Ténèbres

Je me souviens de ce port inconnu, de l'écho de ces notes couvrant l'orage, et de l'éclair frappant le centre du cercle, sculpté dans la pierre, couvert d'une écriture délicate.
Des mendiants sans distinction d'âge assis sur un muret, s'élevait une berceuse à la lune.
Un poisson argenté somnolait entre deux eaux.
Perché sur une fenêtre, un corbeau en mal d'évènement , attiré par les reflets changeants du barbeau, cria à l incendie.
Ayant repris mes rames, je me souviens alors des visages apeurés grimaçant leur délire, de leurs mots, de leurs cris.
Je m'éloignai doucement..
Je me souviens de ce foulard abandonné aux branches d'un tamarin, mêlant sa solitude aux embruns.
Des enfants, silencieux, accroupis dans la vase traçaient de leurs doigts les contours des pas dans le sable. Tiens, certains retournent vers la mer grondeuse. Voulaient-ils embarquer?
Mon esquif souffrait d'avaries et le ciel restait demeurait lourdement plombé.
Le cri infernal des mouettes déchirait les tympans.
Au loin, les lumières de la ville, inaccessibles comme des étoiles tombées de la nue.
Le vent s'était levé.
Le claquement de la voile battait le tempo de mes visions, le fanal se mirait dans l'eau noire..
Au delà de mes pensées, cette nuit, je laissai le froid m'enlacer.
Je me souviens de ces formes étranges dansant dans mon sillage. La délicatesse de leurs rires, la nécessité de retrouver la chaleur de leurs bras.
Désormais il pleuvait.




16/02/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres